Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2019 «   Galerie.sur.le.toit «   2007 «  

L'affluence de candidatures pour Précaritas.



Depuis 3 semaines, on ne fait que ça: recevoir les dossiers des candidats, vérifier s'ils sont complets, y répondre, et renseigner par mail ou par téléphone les personnes qui appellent de toute la France au sujet de PRECARITAS. Nous avons reçu 123 dossiers et répondu à plus de 100 appels téléphoniques.
J'ai l'impression que l'appel que nous avons lancé via les réseaux d'art et l'ANPE a bien circulé un peu partout dans l'hexagone.
J'ai constaté qu'il existait 3 types de candidature:
  • En provenance du FRAAP* : ce sont plutôt des personnes qui travaillent la matière et dont les soucis sont d'ordre social, financier et révèlent une volonté de rester connecté au milieu de l'art.
  • En provenance de l'ANPE : il s'agit plutôt de personnes qui se définissent comme photographes, illustrateurs, tagueurs, ou se réclament d'une une discipline pouvant être une profession, et dont on sent qu'ils sont sous la pression d'une obligation de travailler.
  • En provenance des réseaux d'art (ex : pourinfos.org) : ce sont plutôt des personnes avec des pratiques contemporaines questionnant la société et qui pour cela répondent à Précaritas parce que ça questionne aussi le monde présent.
Ce constat, en fait, n'est qu'une impression générale et il est sûr que de nombreux candidats sont en dehors de ces typologies ou à cheval sur plusieurs... hypothèse à vérifier par une analyse plus profonde des lettres de motivations, des curiculum vitae et de ces parcours trés différents (écoles d'art, fac d'arts plastiques, parcours autodidactes).
Ces lettres jointes aux dossiers que nous avons réceptionnés contiennent des mots, des phrases qui mériteraient d'être éditées, diffusées. Elles expriment bien la diversité des situations et la raison pour laquelle l'action Précaritas suscite autant d'écho chez ceux qui vivent au quotidien le fait d'être artiste et qui pour cela acceptent de subir une précarité, voir un harcélement des organismes qui leur donnent de quoi survivre. Ce que nous pouvons cependant dire, c'est que cette action PRECARITAS, action contingente, révèle une attente qui se situe au-delà d'une problèmatique d'ordre purement social ou artistique : elle est ressentie comme l'occasion de mener une expérience commune qui questionne le rapport du travail à la vie mais sous un label certifié d'origine précaire .

*(Fédération des réseaux et associations d'artistes plastitiens)

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n