Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2019 «   Galerie.sur.le.toit «   2007 «  

les petites réunions sur la terrasse.



Ca fait plusieurs fois que nous nous retrouvons sur une terrasse de café avec Catherine qui est une des employée de précaritas, jeff le coordinateur et moi-même pour réfléchir aux années futures 2008, 2009... dans l'espace... Comme j'en ai déjà parlé dans un article précèdent nous imaginons un fonctionnement pour l'association qui permet de continuer ce que nous avons entrepris avec Précaritas, c'est a dire une recherche sur les possibilité de nouveaux terrain pour le fonctionnement de l'art et en particulier l'art dit contextuel. nous avons eu de long débat sur les définition de 'contextuel', 'circonstanciel'... sur l'utilité de l'art , de l'artiste , sur le l'idée de la mission, sur comment présenter notre démarche aux futurs partenaires, financeurs publics et privés puisqu'il s'agit de faire valoir l'importance de pratiquer des actes artistiques dans des endroit où il est pas encore habituel que ça se passe, et de les faire financer au même titre que d'autres dépenses nécessaires à toutes organisations humaines. C'est lors de ces rencontres que j'ai proposé à Catherine de reconduire son contrat aidé, qu'elle effectue aujourd'hui dans précaritas, une année supplémentaire pour coordonner le projet O.P.A destiné à l'intervention d'artiste dans des organismes privé ou publics. Comme nous en parlions déjà depuis un certain temps et que je connaissais son intérêt pour ce type de démarche je ne fut pas surpris de sa réponse positive. Aussi toute la difficulté à ce genre d'entreprise est d'aménager des espace-temps où des artistes peuvent s'impliquer tout en préservant leur indépendance d'une part et d'autre part où des entreprises ou services publiques y trouvent un compte ne serait-ce que poétique ou d'épanouissement collectif, mais qui acceptent le principe de miser sur de l'inconnu, de l'impensé. En somme il s'agit de proposer aux lieux d'accueil d'acheter des oeuvres qui ne sont pas réduites à un objet, un produit culturel mais de financer en partie la présence, l'acoquinement d'un artiste en leur sein et que ce dernier puisse y pratiquer son travail comme il le ferait de toute façon.

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n