Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2019 «   Galerie.sur.le.toit «   2006 «  

Du rhum Charette et le projet pour Philippe Lepeut



Pour le vernissage de l'exposition 'épicentre' nous avons décidé de faire un punch. Le président Jacky a tenu à ce que cela se fasse avec du rhum Charette que l'on ne trouve qu'à la grande épicerie chinoise de Strasbourg.

La copine de l'artiste a fait des cakes salés et sucrés. Il y a eu environ 150 personnes pour 13 litres de punch et quelques grignoteries. Je dit ça parce que j'ai remarqué que quand je parle de bouffe dans mes articles, google nous fourgue des pubs sur les régimes minceurs et ça me fait trop rire. J'ai écrit un texte sur le travail d'Antoine Lejolivet (à voir sur ce mème blog dans les évènements qui..). le problème, c'est qu'il l'a fait corriger par son beau-père et que les corrections en ont parfois changé le sens et cela ne m'a trop plu. Je l'ai dit à Antoine qui m'a avoué ne plus vraiment savoir le contenu du texte. J'ai alors compris qu'il avait eu besoin d'un texte pour le principe d'en avoir un, alors que pour moi c'était une occasion de poser des questions sur son travail. L'exposition tourne, il suffit de brancher les prises de courant et j'ai alors le temps pour me consacrer à 'Que Une Télé'. Il y a peu de temps, nous avons envoyé le projet pour lequel Philipe Lepeut nous avait sollicité : une programmation dans sa sculpture Amer6 située au Jardin des deux rives. Il ma répondu par un mail en me disant de l'appeler sur son mobile. Ce que j'ai fait 4 jours après. il m'a dit être emballé, et aussi par mon travail en général mais que le budget avait fait sursauter les organisateurs (ville et association). Pourtant il ne s'agit que de 3000 euros. Lui souhaîte défendre mon projet et voulait savoir jusqu'à combien je pouvais réduire le montant. Je lui ai dit qu'il n'était pas question pour moi de faire travailler des gens bénévolement sur ce projet qui nécéssite un minimum de présence humaine. Il m'a répondu qu'il comprenait cela et qu'il allait le re-défendre pour un montant entre 1500 et 2000 euros et qu'il me tiendrait au courant. Hier je partais de la galerie en vélo et avec Melkior en laisse, quand sur la place de Zurich j'ai croisé Thomas Soriano le prof de sémiologie de l'école supérieure des arts... de Strasbourg. Il allait chez le buraliste pour acheter son journal comme chaque jour. J'en ai profité pour lui proposer mon projet de le filmer en train de lire un article qu'il aurait sélectionné chaque semaine durant un mois, voire plus. Nous avons eu quelques mots sur la pertinence d'encore faire des commentaires sur les mots, les choses, l'actualité et il m'a semblé séduit par ma proposition. Nous nous sommmes alors rencardé pour fin juin. Salut Thomas et à bientot.

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n