Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2019 «   Galerie.sur.le.toit «   2007 «  

D'autres rendez-vous pour Précaritas



'Ca c'est quand j'ai des pensées qui s'accordent à la musique d'une pensée, ou décrire le monde qui change et que que l'écriture employée le change aussi.'

Noël se rapproche, le mot 'précaire' est dans toutes les bouches à la télé, dans les journaux... et avec René nous avons rendez-vous au snack Michel pour un petit café avant d'aller à la DRAC chez le chargé des affaires internationnales. Nous y allons suite à une demande qui nous a été faite de servir d'association support pour un projet artistique soutenu par la DRAC. L'association a souvent répondu a cette demande par le passé, mais à chaque fois le budget du projet soutenu était soustrait du budget du programme habituel et l'association se retrouvait avec une charge supplémentaire mais avec moins de budget pour ses propres actions. Aussi avec le projet Précaritas et au vu des financements incertains et qui stagnent depuis plusieurs années, nous n'avons plus les ressources néccessaires pour accompagner des projets qui ne sont pas de notre initiative. Le conseiller, qui n'a pas pu nous rassurer sur les financements a très bien compris notre situation. Il ne s'occupe pas généralement des projets nationaux tels que Précaritas, mais vu qu'il a toujours porté un regard bienveillant sur notre structure, il a pris le temps d'écouter la présentation de Précaritas. Il s'est proposé de faire le lien en le relatant au nouveau conseiller en charge de notre dossier. Un conseiller aux arts plastiques qui vient à peine de prendre cette fonction et que nous devrions rencontrer par la suite. Nous avons plaidé pour une augmentation de notre attribution budgétaire habituelle. De la précarité de notre association à l'action Précaritas le lien était évident. Une discussion s'est engagée autour de la philosophie de l'action. Pour finir, le conseiller nous a suggéré d'insister auprés du Conseil Régional, qui normalement, devrait quand méme nous suivre sur ce coup là. Pendant l'entretien je ne cessais pas de porter mon regard sur une image sérigraphiée de Mohamed un artiste que je connais bien et qui était punaisée sur le mur du bureau du conseiller.

Le dernier entretien important de l'année avait lieu le 22 décembre avec le Maire délégué au 8eme étage de la Mairie de Strasbourg. Nous y sommes allé en force (S.P en FORCE!).Il y avait Jeff,René et Jaky et moi-même. Jaky, le président de l'association, était le seul à ne pas s'être rasé pour l'occasion. Nous avons d'abord été installé dans un petit salon d'attente ou était déja Gabrielle, notre interlocutrice à la municipalité. Nous avons discuté du dossier avant de rencontrer le Maire. Il s'agissait pour nous d'expliquer notre situation, de défendre le fait que, pour Précaritas, nous demandions un effort particulier de la Ville. Nous avons parlé du contenu de l'action, de ce qu'évoquait son nom : Précaritas, de la place que Strasbourg réservait aux artistes, et de sa place dans un contexte national ou transfrontallier. L'entretien s'est plutôt bien déroulé. Le Maire a bien compris la particularité d'une action qui se situe entre problématique sociale et artistique. A un moment, Mme le Maire est entré dans le bureau pour régler quelques affaires courantes avec le Mr le Maire, elle nous a tout d'abord pris pour une troupe de théâtre avant que le Maire ne nous présente comme :'des bons artistes'; elle nous a salué chacun individuellement, puis nous a laissé à notre affaire. Il nous a assuré qu'un effort significatif allait être fait par la Ville afin de permettre la réalisation de Précaritas. Aussi, il nous a conseillé de s'appuyer sur cet effort pour convaincre d'autres financeurs tels la Région ou le Conseil Général qui ne font pas encore partie des financeurs de notre structure. A la fin, le Maire nous a questionné sur nos pratiques artistiques personnelles. Nous sommes sortis du bureau assez confiants. La conseillère nous a assuré qu'au courant Février, nous connaîtrions le montant de la subvention qui nous serait attribué, et que selon elle, ça c'était plutôt bien passé. Elle sortit de l'ascenceur au même étage que nous et nous nous sommes séparés sur le palier du premier étage de la Mairie.

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n